JED organise la riposte contre le covid 19 et ses effets néfastes.

JED organise la riposte contre le covid 19 et ses effets néfastes.

L’organisation des Éclaireuses et Éclaireurs du Sénégal s’est vite adaptée à l’urgence sanitaire mondiale qui a mis à l’arrêt tous les secteurs de la vie humaine . Avant même l’instauration le 23 mars dernier de l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu, ONG JED

a pris la décision de se lancer dans la sensibilisation contre le coronavirus. Et de façon concrète : sa première action a été d’offrir des kits d’hygiène à plus de cinquante daaras de Mboro

et à vingt autres à Matam. Ainsi plusieurs spots, sketchs et diverses autres créations numériques ont vulgarisé les gestes barrières face à la propagation d’un virus très contagieux. De même, des équipes de terrain ont investi villes et villages polarisés par les différents projets. Au même moment, les ateliers couture du CICM confectionnaient plus de mille masques de protection gracieusement offerts à la commune ainsi que 180 bouteilles de savon liquide estampillées Jappo.

C’est donc dans la continuité de ses actions et en réponse à l’appel à l’effort de guerre contre le covid 19 du Président de la République que JED épaulée par l’Association des Guides et Scouts du Luxembourg et et le PADEM a offert plusieurs tonnes de denrées alimentaires et des produits d’hygiène à 859 familles vulnérables et des jeunes vivant avec un handicap. Des bonnes actions saluées par le sous-préfet de l’arrondissement de Méouane qui visitait le site de stockage des vivres. Le maire de Mboro

a lui-aussi décerné un satisfécit à l’ONG qui selon lui comble le vide en services sociaux dans les collectivités territoriales. Moussa Ndiaye cite l’exemple des formations ciblées en faveur des enfants laissés pour compte du système éducatif traditionnel ou de jeunes marginalisés qui ont désormais accès à une formation spécifique à travers de nombreux projets. Un grand soulagement pour les bénéficiaires qui avec leurs rations de riz, d’huile, de sucre et savon vont pouvoir mieux supporter les restrictions du confinement alors que débute le Ramadan.

Ces actions serons suivies par d’autres soutiens au bénéfice de familles nécessiteuses et des daaras dont la vulnérabilité a été accrue par les mesures d’exception comme le couvre-feu et le confinement qui rendent impossible leur survie sans aide humanitaire. Dans le même sillage, il est prévu des activités génératrices de revenus qui permettront d’être plus resilient à cette crise sans précédent qui a poussé l’ONG JED à adapter ses objectifs stratégiques et ses activités pour parer à l’urgence.

Tous ses projets déroulés ont intégré des axes de prévention et d’aide aux catégories les plus exposées. Il est à remarquer dans cette mobilisation, l’implication des différents districts scouts au sein des comités locaux de lutte contre l’épiderme de covid 19.

Aucun pays de la planète n’est épargné par la pandémie. Les économies s’effrondrent et les services sont à l’arrêt sauf la santé et l’alimentation. Le Sénégal a déjà perdu la moitié de son taux de croissance attendu à 6,8% pour 2020 et compte sur le soutien des bailleurs de fonds pour faire face aux besoins alimentaires et prophylaxiques de la population.

LUTTE CONTRE LA PANDEMIE DU COVID -19

LUTTE CONTRE LA PANDEMIE DU COVID -19

L’ONG GRET et la Radio Niayes Fm misent sur la communication de proximité pour gagner la bataille de la sensibilisation sur le COVID -19.

Avec la multiplication des cas issus de la transmission communautaire, l’ONG GRET a organisé des jeux concours en collaboration avec la Radio communautaire Niayes Fm,pour tester le niveau de connaissance des populations par rapport à la maladie à coronavirus. Des lots composés de produits désinfectants ont été offerts aux gagnants en présence des infirmiers chefs de poste de Darou Khoudoss et Mboro.

L’ONG GRET, à travers le projet GIREL 2, a mis à contribution les infirmiers chefs de poste de Mboro et Darou Khoudoss, pour la sensibilisation sur la maladie à Coronavirus. En effet, deux émissions ont été réalisées en partenariat avec la radio communautaire Niayes Fm de l’ONG Jeunesse et Développement des Eclaireuses et Eclaireurs du Sénégal avec la participation des infirmiers chefs de poste de Darou Khoudoss et Mboro qui sont revenus sur la situation de la pandémie au Sénégal et dans le département de Tivaouane, les gestes barrières mais surtout la vigilance qui doit être de mise avec la multiplication des cas issus de la transmission communautaire.

Au-delà de la sensibilisation, un test pour jauger le niveau de connaissance sur des questions liées à la maladie, les symptômes, le mode de transmission, la prévention a été réalisé à travers un jeu concours.
Environ soixante-dix milles (70.000) personnes ont été touchées et les heureux gagnants ont été récompensés après tirage au sort avec des lots composés de produits désinfectants (Javel, savons liquide et solide et Lave-mains).
Toutefois, les infirmiers chefs de poste ont surtout insisté sur le port du masque devenu obligatoire au niveau des services publiques et privés mais aussi les transports avant de lancer un appel à la population au respect strict des mesures de préventions individuelles et collectives appelées mesures barrières.
Par ailleurs, la radio Niayes est entrain d’étudier les voies et moyens pour perpétuer ce type de partenariat avec d’autres partenaires afin de sensibiliser davantage les populations sur cette maladie qui continue sa propagation jour après jour.
SEMER LA SOLIDARITE,  RECOLTER LA CONFIANCE

SEMER LA SOLIDARITE, RECOLTER LA CONFIANCE

L’Ong Jeunesse et Développement partage son expérience avec des partenaires étrangers.

La semaine du 17 au 21 février, l’Ong JED a accueilli à Mboro un atelier de capitalisation et de renforcement des organisations.  Il s’est agi de faire le point sur les résultats obtenus dans le cadre de l’accord en cours et de renforcer les capacités du partenariat. Les participants sont venus du Niger (Ong Gakassiney,  Les Amis de l’Ecole) , de la Bolivie ( Fondation Cristo Vive ) , du Luxembourg (ONGD Guiden Scouten)  et du Sénégal  . Outre les séances de travail intra muros, les visites de terrain  ont pris une part importante dans l’activité. Ainsi ils ont pu apprécier le rôle central que joue la Radio communautaire NIAYES FM dans le partage de l’information et la sensibilisation qui ont convaincu la population de souscrire massivement à l’offre de services de l’Ong JED.

Accueillant la délégation  des partenaires, le coordinateur du collectif des directeurs d’écoles qui polarise 27 établissements de la zone pédagogique de Mboro a déclaré que nul ne peut ignorer ce que fait JED en termes de soutien scolaire, de conseil et d’accompagnement. Une collaboration qui a permis de hisser le district au premier rang du département depuis plusieurs années. Dans les faits, elle se traduit par des passerelles qui permettent à des enfants souffrant de handicap, d’abandon ou de d’absence de prise en charge d’être récupérés par le CREPE, Centre de ressources éducationnelles pour l’enfant qui les réinsère par la suite dans l’école formelle. Elle fonctionne aussi dans l’autre sens. Des élèves issus du milieu formel sont placés dans les écoles de JED et certains y ont poursuivi une formation professionnelle qui leur a ouverte les portes de l’emploi salarié.

Rencontre avec les parents d’élèves Centre CREPE

Les écoles coraniques ne sont pas en reste. Sous un toit en paille, deux classes séparées par un grand tableau noir. D’un côté un groupe récite en chœur des versets du Coran, de l’autre le reste de la classe qui suit un cours de français prodigué par Fatima une bénévole qui a service les jeudi et vendredi. Le Daara de Thierno Bocar Ndiaye , maître coranique, imam et par ailleurs animateur d’émissions religieuses à Niayes FM est pionner dans l’implantation d’écoles coraniques de type nouveau, inclusives et ouvertes à la formation professionnelle. Devant des ses hôtes de marque, il cite avec une fierté non dissimulée ses anciens pensionnaires devenus boulangers, chauffeurs, menuisiers bois ou métallique grâce à l’encadrement du Cifop, le Centre international de formation professionnelle de Mboro.  Un résultat rendu possible par l’accompagnement de JED à travers un encadrement psychologique, un soutien pédagogique notamment dans la diffusion des bonnes pratiques en matière de droits de l’Enfant.

Georges Nar FALL

Disons stop à l’excision et non aux violences faites aux filles

Disons stop à l’excision et non aux violences faites aux filles

On estime à au moins deux cent millions le nombre de filles et de femmes excisées dans le monde dont plus de la moitié vivent en Afrique. Au Sénégal la prévalence moyenne des mutilations génitales féminines est de 18% chez les filles de moins de quinze ans. Matam, au nord du Sénégal, est réputée être un foyer endémique de violences basées sur le genre, notamment avec un taux de prévalence de l’excision autour de 87%.
C’est pour contribuer à mettre un terme à ces violations des droits des filles et des femmes que le projet Etre Comme Les Autres et pour Toujours << Disons stop à l’excision et non aux violences faites aux filles >> (ECLAT VBG) a été mis en œuvre afin de renforcer le dispositif de lutte contre les violences basées sur le genre, avec un accent particulier sur les mutilations génitales féminines. Financé par le Programme d’Aide et Développement pour les Enfants du Monde (PADEM), la première phase de ce projet a été mise en œuvre par JED dans le département de Matam de 2017 à décembre 2019. Au terme de cette phase, la mobilisation communautaire autour des VBG s’est vue renforcée avec une implication réelle des leaders communautaires aux activités de sensibilisation, prévention, veille et alerte. La sensibilisation dans les communautés et dans les structures éducatives a permis de toucher 22170 bénéficiaires parents et jeunes filles.
Entre autres activités du projet, 10 classes d’alphabétisation fonctionnelle ont été installées. Les 409 jeunes filles et femmes bénéficiaires des cours d’alphabétisation ont été formées sur des thèmes fonctionnels liés aux VBG et déroulent des activités de sensibilisation (mobilisations sociales, théâtres forums, etc.). Elles ont également été formées en entreprenariat (gestion de microprojet) et déroulent des activités génératrices de revenus, dans le but de contribuer à les autonomiser.
Suite aux visites à domicile et sensibilisation notamment avec l’appui de l’association des anciennes exciseuses, 20 ex-exciseuses sont accompagnées dans leur reconversion à travers une formation en gestion de microprojet et un financement pour dérouler chacune une activité génératrice de revenus. Les anciennes exciseuses sont des actrices très importantes dans l’identification des pratiquantes encore en activité et la sensibilisation auprès de celles-ci.
De plus, le projet a installé 15 points d’écoute et de conseil animés par des bajeenu gox très active dans l’identification et l’accueil des victimes de VBG, la médiation, l’orientation, le signalement et le référencement auprès des services de prise en charge sanitaire ou juridique. Le projet contribue à la prise en charge médicale, psychosociale et juridique des victimes.
La deuxième phase du projet ECLAT VBG va de janvier 2020 à décembre 2023 (4 ans) et a la particularité d’être à dimension régionale. En effet, le projet va étendre ses activités au département de Kanel tout en continuant à collaborer avec les sites d’intervention à Matam.
ÊTRE COMME LES AUTRES ET POUR TOUJOURS’ ACTE II

ÊTRE COMME LES AUTRES ET POUR TOUJOURS’ ACTE II

 

Réunion de présentation de la phase 2 du programme ECLAT 2020 – 2023…

L’ONG Jeunesse et Développement des Éclaireuses et Éclaireurs du Sénégal lance cette année la phase 2 de son programme d’éducation inclusive qui couvre les régions de Thiès et de Matam. Le si bien nommé ECLAT pour <<Être comme les autres et pour toujours >> se fixe pour objectif de favoriser l’accès des enfants en situation de handicap et /ou de grande vulnérabilité à un système éducatif inclusif, adapté et de qualité par la réadaptation communautaire. Sont concernées 6 communes du département de Thiès. Pour atteindre cet objectif, JED déroule en même temps le projet Éclat ernergie qui cible la performance et le maintien des élèves à l’école à travers un paquet de services de qualité comme l’électrification de 60 écoles, la fourniture de 10000

lampes solaires, l’accompagnement des élèves faibles, le renforcement des mécanismes de participation des communautés, l’inclusion des enfants en situation de handicap et les plaidoyers pour les modalités d’évaluation des élèves à besoins spéciaux ainsi que la mobilisation de la communauté pour une meilleure inclusion des groupes

vulnérables. À titre d’exemple, 250 enfants vivant avec un handicap sont impactés par le projet. C’est un programme qui regroupe 4 projets dont 2 à Matam et 2 à Thiès…. Les projets de Matam visent l’amélioration des conditions de vie et d’apprentissage des talibés. L’offre de services comprend notamment l’accès à un habitat décent, à l’eau, à la santé et la diversification des apprentissages. Le volet protection se décline en une série d’actions contre les violences basées sur le genre.: lutte contre l’excision et les agressions d’enfants. Elle

passe notamment par une mise à disposition des jeunes de l’information pour une meilleure santé et la réhabilitation des victimes de VGB. Ces projets sont exécutés en partenariat avec le PADEM, le Programme d’aide et de développement aux enfants du monde, une Ong du Grand Duché de Luxembourg dont JED est le partenaire local au Sénégal. Tous ces projets sont articulés dans le cadre global du Plan Stratégique 2020 /2025 de JED dont la protection des enfants est un pilier essentiel. Encore une fois fois, l’ONG se fixe le défi d’étendre et de partager les expériences capitalisées.