On estime à au moins deux cent millions le nombre de filles et de femmes excisées dans le monde dont plus de la moitié vivent en Afrique. Au Sénégal la prévalence moyenne des mutilations génitales féminines est de 18% chez les filles de moins de quinze ans. Matam, au nord du Sénégal, est réputée être un foyer endémique de violences basées sur le genre, notamment avec un taux de prévalence de l’excision autour de 87%.
C’est pour contribuer à mettre un terme à ces violations des droits des filles et des femmes que le projet Etre Comme Les Autres et pour Toujours << Disons stop à l’excision et non aux violences faites aux filles >> (ECLAT VBG) a été mis en œuvre afin de renforcer le dispositif de lutte contre les violences basées sur le genre, avec un accent particulier sur les mutilations génitales féminines. Financé par le Programme d’Aide et Développement pour les Enfants du Monde (PADEM), la première phase de ce projet a été mise en œuvre par JED dans le département de Matam de 2017 à décembre 2019. Au terme de cette phase, la mobilisation communautaire autour des VBG s’est vue renforcée avec une implication réelle des leaders communautaires aux activités de sensibilisation, prévention, veille et alerte. La sensibilisation dans les communautés et dans les structures éducatives a permis de toucher 22170 bénéficiaires parents et jeunes filles.
Entre autres activités du projet, 10 classes d’alphabétisation fonctionnelle ont été installées. Les 409 jeunes filles et femmes bénéficiaires des cours d’alphabétisation ont été formées sur des thèmes fonctionnels liés aux VBG et déroulent des activités de sensibilisation (mobilisations sociales, théâtres forums, etc.). Elles ont également été formées en entreprenariat (gestion de microprojet) et déroulent des activités génératrices de revenus, dans le but de contribuer à les autonomiser.
Suite aux visites à domicile et sensibilisation notamment avec l’appui de l’association des anciennes exciseuses, 20 ex-exciseuses sont accompagnées dans leur reconversion à travers une formation en gestion de microprojet et un financement pour dérouler chacune une activité génératrice de revenus. Les anciennes exciseuses sont des actrices très importantes dans l’identification des pratiquantes encore en activité et la sensibilisation auprès de celles-ci.
De plus, le projet a installé 15 points d’écoute et de conseil animés par des bajeenu gox très active dans l’identification et l’accueil des victimes de VBG, la médiation, l’orientation, le signalement et le référencement auprès des services de prise en charge sanitaire ou juridique. Le projet contribue à la prise en charge médicale, psychosociale et juridique des victimes.
La deuxième phase du projet ECLAT VBG va de janvier 2020 à décembre 2023 (4 ans) et a la particularité d’être à dimension régionale. En effet, le projet va étendre ses activités au département de Kanel tout en continuant à collaborer avec les sites d’intervention à Matam.
EnglishFrenchLuxembourgish