ECLAT

 (Etre Comme Les Autres et pour Toujours) 

«Disons Stop à la violence faite aux enfants»

En dépit du fait que la région de Matam regorge de potentialités économiques importantes dans les domaines agrico-sylvo pastoral, minier et d’un important flux financier résultant de transferts de capitaux des émigrés, la pauvreté touche environs 45,2% parmi les 58 462 ménages que compte la région. Cette pauvreté et la déperdition scolaire entre autres constituent des déterminants du phénomène des enfants de la rue ou dans une situation de précarité. Elle a suscité chez les populations l’adoption de diverses stratégies destinées à faire face à la crise. Celle-ci a eu un impact particulièrement dévastateur sur les groupes les plus vulnérables dont les enfants constituent l’écrasante majorité. S’ils ne sont pas laissés à eux-mêmes, ils sont exploités, ne vont pas à l’école et abattent des travaux pénibles et souvent dangereux. Selon le BIT, un enfant âgé de moins de 18 ans qui est hors du circuit éducatif est considéré comme enfant travailleur.
A Matam, plus de 7.000 enfants sont dans cette situation d’errance dans la rue, tant il est fréquent de voir les enfants qui à longueur de journée font un incessant va et vient à la recherche de leur pitance. L’ampleur exacte de ce phénomène banalisé est très difficilement quantifiable dans la région, à cause des multiples facteurs culturels qui leur sont associés.

 

 Le projet Etre Comme Les Autres et pour Toujours « Disons Stop à la violence faite aux enfants » (ECLAT) est une réponse à la lancinante question des conditions de vie des enfants talibés et des enfants en situation d’errance à Matam ; question qui reste jusqu’ici un fléau dans l’ombre. Fondé principalement sur les orientations de la Stratégie nationale de protection de l’enfant (SNPE), ce projet qui s’étend sur 3 ans vise à contribuer à l’amélioration des conditions de vie et d’apprentissage de ces enfants dans les daaras.

Ainsi, dans le souci d’appuyer le gouvernement du Sénégal dans sa mission régalienne d’éducation des enfants, l’ONG JED en partenariat avec les acteurs locaux tente de propulser une dynamique communautaire afin d’améliorer les conditions de vie de ces enfants à Matam.

La stratégie consiste à travers le dispositif mis en place à Matam avec les acteurs locaux  de susciter la participation communautaire afin de contribuer efficacement à la réduction de la vulnérabilité des enfants face à la maltraitance, notamment, en améliorant leur cadre de vie et d’apprentissage, en conscientisant les parents sur les droits de l’enfant, et en mettant en place un mécanisme de veille et de protection contre la maltraitance et les PFTE dans les villages ciblés par le projet. Par ailleurs, les maitres coraniques seront accompagnés à améliorer le contenu des programmes d’apprentissage des talibés.

Date de début et date de fin du projet :

Mars 2017 – Décembre 2019

Zone d’intervention :

Matam

Bénéficiaires :

  • 1510 enfants talibés mendiants
  • 15 Daaras
  • 15 maitres coraniques
  • La communauté, les leaders d’opinion
  • PADEM (partenaire technique et financier du projet)
  • Collectivités locales de Matam
  • Comité départemental de protection de l’enfant
  • AEMO
  • La société civile à Matam
  • Les organisations communautaires de bases de Matam
  • La Fédération régionale des maitres coraniques de Matam

La prise de conscience de la communauté, des leaders et des autorités locales sur le droit à une éducation de qualité, la lutte contre les abus et les PFTE est renforcée

  • Mise en place de 14 comités de veille et de protection
  • Elaboration et mise en œuvre 15 plans d’action sur la protection des enfants par les comités de veille
  • Mise en place un système d’alerte et de dénonciation contre les abus et l’exploitation des enfants

Les données de référence sur la situation des enfants mendiants dans le département de Matam sont disponibles

  • Etude de référence est réalisée et validée /15 daaras sont choisis par le comité de pilotage / un comité de pilotage incluant l’Etat, les CL, la SC, les médias et les leaders coutumiers et religieux est mis en place
  • Restitution des résultats de l’étude

Les conditions de vie des enfants mendiants sont améliorées par un ensemble de services à base communautaire

  • Réhabilitation des logements des enfants talibés (toilettes et kits d’éclairage solaire) dans les daaras bénéficiaires
  • Mise en place 15 abris d’apprentissage pour les enfants
  • Installation des points d’eau dans les daaras
  • Mise en place de 500 kits de couchage et moustiquaires pour les enfants
  • Inscription de 722 enfants talibés à l’état civil
  • Inscription de 1500 enfants ciblés aux mutuelles de santé communautaire de Matam pour un suivi strict
  • Formation de 30 jeunes talibés aux premiers secours et Mise en place des boites à pharmacie de premier secours dans les Daaras
  • Mise en place une activité génératrice de revenu au profit de chaque daara pour lutter contre la mendicité

Amélioration de la nutrition des enfants par des repas communautaires, et la supplémentation en fer et vitamines

^

Les conditions et les contenus d’apprentissage des enfants sont améliorés

  • Diversification des offres d’apprentissage dans les daaras par l’alphabétisation (français, écriture langue nationale, techniques manuelles, connaissance du monde) : 711 talibés en bénéficient

 

  • Accompagnement à l’apprentissage de métiers des enfants talibés de plus de 15 ans
EnglishFrenchLuxembourgish